L’église médiévale de Mézin – Albret – Lot et Garonne

L’église médiévale de Mézin – Albret – Lot et Garonne

Perché sur un promontoire, la ville de Mézin surplombe la vallée de la rivière Gélise, affluent de la Baïse, et la forêt landaise.

Les vestiges des remparts qui longent la route départementale entre Nérac et Sos témoignent de ce poste avancé de l’occupation anglaise pendant la guerre de Cent ans . Nous y voyons toujours une porte médiévale, dite « Porte Anglaise », par laquelle les Anglais ont quitté le village à la fin des hostilités.

Cette histoire mouvementée a laissé ses marques dans l’histoire de la ville. Ses ruelles étroites et sinueuses bordées de maisons à colombages convergent vers la place des arcades aujourd’hui nommée place Armand Fallières. Cet endroit était lieu du commerce, de l’artisanat aux productions viticoles et agricoles.

Mélange architectural de style roman et « gothique de l’ouest », la majestueuse église saint Jean-Baptiste est le seul vestige d’un monastère bénédictin rattaché à l’ordre de Cluny. C’est lui qui a permis le développement et le rayonnement de la ville du XIe siècle au XVIe siècle. Il a été détruit au cours du temps, entre les guerres de Religion et le XIXe siècle. Les qualités architecturales de cet édifice ont font un des premiers monuments français classé au titre des Monuments Historiques en 1840.

La promenade du « Club » (place de l’ancien monastère) témoigne de la prospérité de la ville au début du XXe siècle. Mézin, de la fin du XIXe siècle à la moitié du XXe siècle, devient un des centres de l’industrie bouchonnière en Albret. Le Musée du liège et du bouchon témoigne aujourd’hui de cette époque dynamique qui vit naître un enfant du pays devenu célèbre : Armand Fallières, qui après un parcours politique croissant, devint Président de la République de 1906 à 1913.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

RSS
LinkedIn
Share