La part des flammes de Gaëlle Nohant – L’incendie du Bazar de la Charité

La part des flammes de Gaëlle Nohant – L’incendie du Bazar de la Charité

« La part des flammes » de Gaëlle Nohant, est un ouvrage qui a inspiré la série « Le Bazar de la Charité » que nous avons pu voir en décembre 2019 sur TF1, et qui est accessible aujourd’hui sur Netflix ou en DVD. Je viens de terminer l’ouvrage de Gaëlle Nohant et je ne peux que vous le conseiller.

Le Bazar de la Charité – série 2019 – photo des acteurs – Allociné

Le scénario est différent de celui de la série, même s’il met également en scène trois personnages principaux, trois femmes dont le destin fut lié par l’événement tragique de l’incendie du Bazar de la Charité, qui a eu lieu à Paris le 4 mai 1897. Le Bazar de la charité était une banque de charité ultra-mondaine où l’on vendait des objets, bibelots, tableaux, vêtements, livres, bijoux…, provenant de dons, au bénéfice de pauvres gens.

La plume de Gaëlle Nohant est fluide et agréable. L’auteur a travaillé sur tous les documents d’archives disponibles avant d’écrire son roman. Autant dire que la base de données est sérieuse. Au delà de l’événement lui-même, Gaëlle Nohant aborde la difficile condition de la femme au XIXe siècle sous la totale domination masculine. Des personnages de fiction ont été mêlés à cette véritable histoire.L’un des personnages réels est la Duchesse d’Alençon, Sophie-Charlotte de Bavière, qui était la sœur cadette de l’Impératrice d’Autriche, Sissi.

Le titre du livre évoque une expression des pompiers « La part des flammes », qui, dès leur arrivée sur un lieu d’incendie, déterminent la partie qu’ils ne pourront pas sauver et qu’ils font devoir laisser à la « part des flammes » pour sauver le reste.

Scénario du livre : « Mai 1897. Pendant trois jours, le Tout-Paris se presse à la plus mondaine des ventes de charité. Les regards convergent vers la charismatique duchesse d’Alençon. Au mépris du qu’en-dira-t-on, la princesse de Bavière a accordé le privilège de l’assister à Violaine de Raezal, ravissante veuve à la réputation sulfureuse, et à Constance d’Estingel, qui vient de rompre brutalement ses fiançailles. Dans un monde d’une politesse exquise qui vous assassine sur l’autel des convenances, la bonté de Sophie d’Alençon leur permettra-t-elle d’échapper au scandale ? Mues par un même désir de rédemption, ces trois rebelles verront leurs destins scellés lors de l’incendie du Bazar de la Charité ».

Aujourd’hui, le lieu du Bazar n’existe plus, remplacé par la chapelle Notre-Dame de la Consolation, rue Jean Goujon à Paris dans lequel se trouve un mémorial des victimes.

Chapelle Notre Dame de a Consolation
Chapelle Notre-Dame de la Consolation

Le Bazar regroupait toutes les ventes de charité au même endroit pendant quelques jours où des femmes de l’aristocratie parisienne du XIXe siècle officiaient comme vendeuses derrières des comptoirs. C’était une attraction à ne pas manquer de la saison mondaine, où il fallait absolument être et se montrer.

En 1897, un cinématographe fut installé dans le Bazar et c’est une mauvaise manipulation des projectionnistes qui a déclenché l’incendie qui dévora le lieu en moins d’une demi heure. Vers 16h15 survient l’accident fatal : la lampe de projection du cinématographe a épuisé sa réserve d’ether, et il faut à nouveau la remplir. Monsieur Bellac, le projectionniste, demande à son assistant, Grégoire Bagrachow, de lui donner de la lumière. Plutôt que d’ouvrir le rideau en toile goudronnée, celui-ci fait l’erreur d’allumer une allumette, l’appareil est mal isolé et les vapeurs d’éther s’enflamment…

Ce jour-là, parmi les 112 victimes, toutes ou presque étaient des femmes et des enfants. « Seuls » 7 hommes ont perdu la vie. Mais contrairement à ce qui a pu être écrit ou dit, très peu d’hommes étaient présents à la manifestation. 5% environ. Les oeuvres de charité était l’apanage des femmes et non celui des hommes à l’époque.

La presse de l’époque peut-être consultée en ligne via la banque de données de la BNF – Gallica.
https://gallica.bnf.fr/accueil/fr/content/accueil-fr?mode=desktop

Qui étaient les victimes ?

Représentation de l’incendie du Bazar de la Charité parue dans Petit Journal du 16 juillet 1897.© Heritage-Images / Art Media / akg-images
Représentation de l’incendie du Bazar de la Charité parue dans Petit Journal du 16 juillet 1897.© Heritage-Images / Art Media / akg-images

Les Religieuses

  • Julie Garivet, sœur Marie-Madeleine des Sœurs aveugles de Saint Paul (1853-1897)
  • Marguerite Rémond, sœur Sainte Claire des sœurs aveugles de Saint Paul (1835-1897)
  • Lucie Dehondt, sœur Vincent des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul (1871-1897)
  • Anna Ginoux Defermon, sœur Marie des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul  (1863-1897)
  • Adèle Sabatier, sœur Joseph des Filles de la Charité de Saint Vincent de Paul  (1830-1897)
  • Virginie Thomazeau, sœur Electa des Filles de la Croix Saint André (1826-1897)

Une princesse

  • Sophie-Charlotte de Bavière, duchesse d’Alençon (1847-1897)
Hulton Archive / Getty Images - la duchesse d'Alençon
Hulton Archive / Getty Images

Les hommes

  • Joseph Donon (1883-1897)
  • Docteur Henri Feulard (1858-1897)
  • Alfred David (1892-1897)
  • Albert Masure (1832-1897)
  • Général Gustave Joseph Munier  (1827-1897)
  • Victor Potdevin (1825-1897)
  • Docteur Ernest Rochet (1830-1897)

Les jeunes filles

  • Hélène Bernard-Dutreil (1880-1897)
  • Madeleine de Clercq (1887-1897)
  • Ester Cuvillier (1892-1897)
  • Germaine Feulard (1887-1897)
  • Hélène Delaune (1876-1897)
  • Angèle (1877-1897) et Zoë Gosse (1878-1897) et leur mère (voir plus bas)
  • Marie Louise (1876-1897) et Yvonne Hatte de Chevilly (1879-1897)
  • Alice Jacqmin (1880-1897)
  • Antoinette de Mandat-Grancey (1876-1897)
  • Christiane Meilhac (1882-1897)
  • Suzanne Nitot (1886-1897)
  • Antoinette (1877-1897) et Marguerite de Valence de Minardière (1880-1897) et leur mère (voir plus bas)
  • Élodie Van Biervliet (1877-1897)
  • Valérie Verhasselt (1876-1897)

Les dames

  • Antonie de Bésiade d’Avaray, comtesse Auderic de Moustier (1825-1897)
  • Claire Beucher de Saint-Ange, générale Eugène Chevals (1829-1897), et sa sœur :
  • Laure Beucher de Saint-Ange (1827-1897)
  • Élise Blonska (1835-1897)
  • Louise Boissié, Madame Eugène Chalmel (1835-1897)
  • Camille Moreau-Nélaton, Madame Adolphe Moreau (1840-1897), artiste peintre et céramiste
  • Edmée Braun, MadameEtienne Moreau-Nélaton (1864-1897), belle-fille de la précédente
  • Clémence Capitaine, marquise d’Isle de Beauchêne (1847-1897), et sa fille :
  • Hélène d’Isle de Beauchêne (1875-1897)
  • Cécile Carrière, Madame Edmond Cuvillier (1847-1897), et sa sœur :
  • Pauline Carrière, Madame Frédéric Dillaye (1855-1897)
  • Jeanne Carteron (1862-1897)
  • Camille Chabot (1874-1897)
  • Marie de Commeau (1838-1897)
  • Dona Adélaïda Corradi y Anduga, Madame Florez (1847-1897)
  • Marguerite de Cossart d’Espiès (1847-1897)
  • Caroline Cosseron de Villenoisy (1828-1897)
  • Laure de Crussol d’Uzès, comtesse d’Hunolstein (1838-1897)
  • Louise Dagneau, Madame Alphonse Gosse (1846-1897)
  • Amélie Daireaux, Madame Hugues de Carbonnel (1853-1897)
  • Claire Dalloyau, Madame Auguste Bouvyer (1838-1897)
  • Flore Damiens dit Fortin, Madame Paul Hauducœur (1845-1897)
  • Suzanne Dephieu, Madame Alexandre Rabèry (1849-1897)
  • Berthe Deschamps, Madame Alfred Gohin (1862-1897)
  • Valérie Demazières, Madame Léopold Germain (1841-1897)
  • Thérèse Donon, baronne Maurice de Saint-Didier (1857-1897)
  • Marie du Quesne, vicomtesse de Bonneval (1857-1897)
  • Alphonsine Fortin, Madame Eugène Vimont (1829-1897)
  • Jeanne Frémyn, Madame Léon Le Normand (1858-1897)
  • Annette Gabiot, Madame Firmin Goupil (1851-1897)
  • Eulalie Gariel, Madame Ferdinand Jauffred (1847-1897)
  • Louise Gérondeau (1870-1897)
  • Marie Gillet, Madame Louis Borne (1863-1897)
  • Marie Glandaz, Madame Gustave Laneyrie (1854-1897)
  • Agnès de Gosselin, comtesse Mimerel (1874-1897)
  • Élisabeth Green de Saint-Marsault, baronne Caruel de Saint-Martin (1836-1897)
  • Marguerite Gros, Madame Gaston de Clermont (1850-1897)
  • Blanche Grossier, Madame Achille Chouippe (1852-1897)
  • Hélène Guérard, Madame Fernand Duclos de Varanval (1873-1897)
  • Marie Guérin, Madame Benjamin Delaune (1853-1897)
  • Elizabeth de Guillebon (1873-1897)
  • Léonie Guillemain (1868-1897)
  • Amélie Guyard-Delalain, Madame Alfred Carteron (1829-1897)
  • Hélène de Haber, comtesse de Horn (1831-1897)
  • Jenny Hartmann, Madame Nicolas Schlumberger (1828-1897)
  • Madeleine Hauducœur (1870-1897)
  • Henriette d’Hinnisdael (1874-1897)
  • Marie Hoskier, Madame Eugène Roland-Gosselin (1858-1897)
  • Emma Hubert, Madame Eugène Legrand (1833-1897)
  • Emma Jaume, Générale Warnet (1830-1897)
  • Cécile Jullian, Madame François Buchillet (1845-1897)
  • Jeanne de Kergolay, vicomtesse de Saint-Périer (1849-1897)
  • Angélique de la Briffe, Madame Eugène Huzar  (1833-1897)
  • Isabelle de Lassus, Madame Joseph de Carayon-Latour (1834-1897)
  • Mathilde de Juigné, vicomtesse de Damas (1828-1897)
  • Lina Lefèvre-Finucane (1873-1897)
  • Laure Lejeune, Madame Abel Brasier de Thuy (1828-1897)
  • Marie Le Royer de la Tournerie, vicomtesse de Malézieu (1869-1897)
  • Suzanne Le Sourd, Madame Pierre Cordoën (1869-1897)
  • Alix Loubaresse, Madame Adolphe Rivière (1848-1897)
  • Louise Lourmand (1868-1897)
  • Isabelle Maison, Madame Albert Lefèvre de Vatimesnil (1845-1897)
  • Marie de Marbot, Madame Victor de Valence (1848-1897)
  • Eugénie Marlé, Madame Louis Chapuis (1853-1897)
  • Laura Meinell, vicomtesse d’Avenel (1855-1897)
  • Mathilde Michel, Madame Jules Pierre (1866-1897)
  • Claire Moisson (1855-1897)
  • Ernestine Moreau (1862-1897)
  • Jeanne Odart de Rilly d’Oysonville, comtesse Haward de la Blotterie (1850-1897)
  • Lydie Panon Desbassayns de Richemont, Madame Léon de Gosselin (1841-1897)
  • Louise Pedra, baronne de Saint-Didier (1816-1897)
  • Amélie Pellerin de Lastelle, comtesse Serurier (1839-1897), veuve du comte Charles Sérurier
  • Marguerite Peretti, Madame Léon Valentin (1856-1897)
  • Pénélope Pétrocochino, Madame Vlasto (1836-1897)
  • Marie-Louise Picqué (1863-1897)
  • Hélène de Poggenpohl, Madame Jacques Haussmann (1854-1897)
  • Berthe Rabéry, Madame Louis Gentil (1873-1897)
  • Aline Ramboug, Madame Anatole Le Brun de Sesseval (1826-1897)
  • Louise de Rivière, comtesse Joseph-Louis de Luppé (1844-1897)
  • Marie Roubaud de Cournand, fille de Marie Roubaud de Cournand, Madame Maurice Lafitte de Canson (1844-1897)
  • Joséphine Saintin, Madame Charles Monti (1851-1897)
  • Antoinette Senez, Madame Auguste du Verdier de Suze (1842-1897)
  • Marie-Thérèse Simon (1874-1897)
  • Émilie Stiebel, Madame Louis Kann (1849-1897)
  • Louise Terre (1849-1897)
  • Lucy Touttain, Madame Émile Nitot (1863-1897)
  • Valèrie Turquet de La Boisserie, vicomtesse de Beauchamp (1867-1897)
  • Sabine de Vallin (1838-1897)
  • Julia de Villiers de La Noue, marquise de Bouthillier-Chavigny (1844-1897)
  • Justine Waller, comtesse Jules Couret de Villeneuve (1857-1897)
  • Mathilde de Weisweiller, Madame Théodore Porgès (1854-1897)
  • Élise Weyer, Madame Émile Hoskier (1836-1897)
  • Germaine d’Yrenne de Lalanne, comtesse d’Isoard-Vauvenargues (1867-1897)

Les victimes indirectes

  • le général Léon de Poillouë de Saint Mars, une des têtes de turc favorites d’Alphonse Allais, meurt d’une crise cardiaque  en apprenant la mort de sa sœur dans l’incendie. Il s’est avéré plus tard qu’elle avait survécu…
  • le duc d’Aumale est terrassé par une crise cardiaque le 7 mai, après avoir rédigé une vingtaine de lettres de condoléances aux familles des victimes de la noblesse. Il venait d’apprendre le décès de sa nièce par alliance, la duchesse d’Alençon, dans cette catastrophe.
Extrait de la liste des victimes - Bazar de la charité
Extrait de la liste des victimes

Bonne lecture si vous décidez de découvrir la Part des Flammes de Gaëlle Nohant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
LinkedIn
Share