Les Traditions de Noël – la Crèche, les Textes Bibliques et les Rois Mages

Les Traditions de Noël – la Crèche, les Textes Bibliques et les Rois Mages

A l’origine, le mot crèche signifie « mangeoire », c’est le terme que l’on trouve dans l’évangile de Luc et qui vient du mot latin « Cripia » qui a donné crèche en français. Il ne s’agit donc que littéralement de l’auge destinée à la nourriture des animaux. Puis, le mot crèche s’est étendu à l’ensemble de l’étable comme il en existait beaucoup en Palestine à cette époque. On trouva très tôt des représentations picturales de la Nativité.

La tradition rapporte que ce se serait Saint François d’Assise, en 1223, qui un soir de Noël, la mit en scène dans le petit village de Greccio près d’Assise. Ce soir-là, les habitants du village se réunirent dans une étable où Saint François amena un bœuf et un âne.

Ni Jésus, ni Marie, ni Joseph ne figuraient encore dans cette représentation. En effet, c’était l’autel de l’église qui était considéré comme la véritable crèche, l’endroit où Jésus se rend présent dans le pain et le vin consacrés, lors de l’Eucharistie.

A partir du XVe siècle, la Nativité sera « jouée, représentée » devant le parvis des églises avec la présence, parfois de Jésus, Marie et Joseph. C’est ce que l’on appela les Mystères. C’est en Italie, entre le XVe et le XVIe siècle que sont apparus les premières crèches au sens moderne du terme. Les personnages étaient des statues colorées, le plus souvent en bois ou en argile. Elles atteignaient parfois la taille humaine et donnait ainsi l’impression au spectateur de faire partie de la scène. Des crèches permanentent ou temporaires furent alors installées dans les églises.

C’est tout progressivement que les crèchent entrèrent dans les maisons. Elles étaient d’abord constituées de figurines de bois sculptés, d’argile, de cire, de mie de pain ou encore de verre ou plus tard de porcelaine. Pendant la Révolution française, il y eut une interdiction de représenter en publics des scènes religieuses. C’est ce qui favorisa le développement des crèches domestiques et par là même, du commerce des petits personnages de la crèche.

Crèche Nativité

A partir du XIXe siècle, c’est la crèche provençale qui devint la plus populaire. Elle représentait la nativité mais aussi tous les métiers de l’époque en costume local des années 1820 à 1850. Le mot provençal « santon – santoun » signifiait « petit saint ».

Pour en revenir à la crèche, aucun passage de l’évangile ne mentionne un âne ou un bœuf présent à la naissance de Jésus. C’est dans un évangile apocryphe, c’est à dire non reconnu par l’Eglise comme source authentique de la foi, que l’on parle de ces deux animaux. Toutefois, le Christ étant né dans une étable, il est presque certain que des animaux étaient présents lors de cet événement.

Les bergers sont également représentés dans la crèche. Dans la Bible et les évangiles, Saint Luc nous informe que c’est à eux qu’est annoncé la Bonne Nouvelle de la naissance de Jésus.

Les bergers voient l'étoile de la Nativité

« L’ange leur dit : N’ayez pas peur. Je viens vous annoncer une bonne nouvelle qui sera une grande joie pour tout votre peuple. Aujourd’hui, dans la ville de David, un sauveur vous est né ».

Les bergers qui gardaient et veillaient sur leurs troupeaux en pleine nuit, informés par l’Ange du Seigneur, se mirent alors en route pour aller rencontrer ce nouveau-né, Jésus sauveur du Monde.

Voici une vidéo sur l’Histoire de la crèche :

Et comme la tradition de la crèche ne peut aller sans les Textes bibliques, voici une vidéo sur les textes de la Nativité dans l’évangile de Luc et dans celui de Matthieu :

Les Rois Mages

Merci de votre lecture et de votre écoute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
LinkedIn
Share