Les Traditions de Noel : les Chants de Noël dans l’Histoire

Les Traditions de Noel : les Chants de Noël dans l’Histoire

Anges chantant autour de la creche

Selon la tradition, les premiers Noëls furent interprétés par des anges voletant au-dessus de la crèche. Ces chants célestes inspirèrent les cantiques qui étaient chantés dans l’église, en latin, puis en lange usuelle, et en famille. Ces chants annonçaient l’événement heureux, la naissance du Christ, les Noëls sont toujours joyeux. Beaucoup de chants avaient pour sujet la crèche, ses animaux, ses anges, les bergers, les rois mages.

Au Moyen Age, en France comme en Angleterre, le terme « Caroll » désignait des chants accompagnés d’une danse. « La Carole » était une ronde chantée et la tradition française a préféré appeler ces chants des « Noëls » alors que les anglo-saxons ont conservés le terme « Carols » pour désigner ces petits cœurs interprétés sur les places publiques ou les parvis des églises avec parfois des quêtes destinées aux œuvres charitables.

Chants de Noël


En Français, le chant le plus ancien connu de la Renaissance est « Entre le bœuf et l’âne gris » qui date du XVIe siècle.

Au XVIIIe siècle, d’autres grands classiques voient le jour, comme « Il est né le divin enfant, La marche des Rois, Les anges de nos campagnes… ».

Au XIXe siècle, des chants allemands sont traduits en Français comme « Douce nuit, Sainte nuit, mon beau sapin » et au XXe siècle apparaissent des chants comme « Vive le vent, Noël blanc, Le petit renne au nez rouge… ».

La palme revenant en 1946 à « Petit papa Noël » de Tino Rossi.

Christmas Carol – Les contes

Les contes anglais portaient aussi le nom de Carol.

Contes de Noêl - Christmas Carol Dickens

En décembre 1843, Charles Dickens, célèbre auteur anglais, fit paraître un long conte intitulé A Christmas Carol – un Chant de Noël. Ce conte raconte comment, la veille de Noël, un vieil avare (adapté depuis en Picsou de Disney), Ebenezer Scrooge accéda à un peu d’humanité. C’est par l’apparition du fantôme de son associé et de trois esprits tourmenteurs que Scrooge changea. A la fin de cette nuit agitée, il prit la décision, incroyable de sa part, d’augmenter son employé. Ce conte fit connaître l’immense talent de Dickens qui par le biais de ce conte, dénonçait l’insensibilité des riches à la misère des pauvres tellement nombreux dans l’Angleterre victorienne.

Voici une petite vidéo sur le sujet :

Merci de votre lecture et de votre écoute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

RSS
LinkedIn
Share