Marie Stuart, experte en broderies Renaissance

Marie Stuart, experte en broderies Renaissance

Les Musées recèlent de Trésors : le Victoria & Albert Museum est l’un d’eux. C’est le Musée National d’Art de Londres en Angleterre.

Parmi ses collections se trouve un superbe ensemble de broderies assemblées en une grande tapisserie appelée « The Marian Hanging« .

Désormais en prêt permanent au National Trust, Oxburgh Hall, dans le Norfolk, ces broderies ont été réalisées entre 1569 et environ 1585. Elles sont en velours brodé de fils soie dorés et argenté, sur une toile appliquée et également doublée de soie.

Oxburgh Hall

Elles sont l’œuvre de Marie Stuart – Mary Queen of Scots, lors de son emprisonnement en Angleterre et d’Elizabeth (Bess) Talbot, comtesse de Shrewsbury, dont le mari, George Talbot, comte de Shrewsbury était le geôlier de Marie lorsqu’elle était retenue dans ses domaines de Shrewsbury. Bien qu’elle semblait ne manquer de rien, Marie n’était pas autorisée à sortir sans surveillance.

Détails de la tapisserie

Détails des broderie de Marie Stuart – Mary Queen of Scots and Elizabeth Talbot, Countess of Shrewsbury, 1570 – 85, England. Museum no. T.29-1955. © Victoria and Albert Museum, London

La broderie était un art de décoration des tissus et un passe-temps favori pour les jeunes filles nobles et aristocratiques, tout au long de l’Histoire.
La technique était déjà connue en Egypte, en Perse, en Babylonie, en Palestine et en Syrie. Mais c’est au Moyen Age que se développa véritablement le point de croix. L’influence de l’Art Byzantin s’est développé partout en Europe.

La broderie médiévale la plus connue est bien-sûr, la Tapisserie de Bayeux qui d’un point de vue technique est bien une broderie et non une tapisserie.
A l’époque de la Renaissance, le point de croix se répand dans tout l’Europe et devient une des bases de l’éducation féminine, favorisée par l’Eglise, grande consommatrice pour ses propres ornements, de broderies en tous genres.

Nicholas White, un envoyé d’Elizabeth I, rapporta une conversation avec qu’il eut avec Marie :
« Je lui ai demandé Grace, puisque le temps avait coupé tous les exercices à l’étranger, comment elle passait le temps à l’intérieur. Elle a dit que toute la journée elle travaillait avec son aiguille et que la diversité des couleurs rendait le travail moins fastidieux et continuait si longtemps jusqu’à ce que la douleur la fasse abandonner ».

Musée no. T.29-1955. © Victoria and Albert Museum, Londres

La broderie était une forme de thérapie pour Marie, peut-être pour ne pas trop penser et se concentrer sur autre chose que sa détention. C’était vraiment une occupation conventionnelle pour les femmes nobles et aristocrates. 

La plupart des motifs représentés ont été copiés à partir d’illustrations sur bois de livres d’emblèmes et d’histoires naturelles par des auteurs bien connus tels que Claud Paradin, Conrad Gessner, Pierre Belon. Ceux-ci représentaient souvent des sentiments et des mœurs de la littérature classique et du folklore contemporain, et ont été choisis par Marie pour exprimer ses pensées les plus privées à une époque où toute sa correspondance écrite était surveillée par ses gardiens.

Photo Agnes Ashe

Ce travail est connu sous le nom de la « pendaison mariale », car les broderies se rapportent le plus directement à elle. Il comprend des panneaux individuels de toile (surpiqûres sur les fils d’un lin grossièrement tissé) en soies colorées, argent et fil doré, montés sur velours vert. Le panneau central porte l’inscription VIRESCIT VULNERE VIRTUS (La vertu s’épanouit en blessant) avec les armoiries royales d’Écosse et le monogramme de Marie, les lettres MA superposées à la lettre grecque phi. Une version de ce panneau a été envoyée au comte de Norfolk qui prévoyait d’épouser Marie et de supplanter la reine Elizabeth.

Musée no. T.29-1955. © Victoria and Albert Museum, Londres

Il y a huit broderies octogonales et 28 panneaux plus petits en forme de croix représentant diverses plantes, oiseaux, animaux et poissons, dont 18 portent le monogramme de Marie. Tous les panneaux n’ont pas été brodés par elle, car les comptes du ménage montrent qu’elle avait des brodeuses expertes dans le cadre de sa suite, ses dames de compagnies par exemple. Les «tentures» existantes ne sont pas l’arrangement original de la broderie. Elles peuvent avoir initialement servi de housses de coussin ou de petites tentures; Mary envoyait fréquemment des broderies en cadeau à ses amis et sympathisants, ainsi qu’à la reine Elizabeth.

Musée no. T.29-1955. © Victoria and Albert Museum, Londres

Panneau central – Musée no. T.29-1955. © Victoria and Albert Museum, Londres

Musée no. T.29-1955. © Victoria and Albert Museum, Londres

Les broderies avaient été données à Ann Dacre, comtesse d’Arundel, belle-fille du duc de Norfolk qui fut exécutée en 1574 pour son complot contre la reine Elizabeth. 

On pense que l’arrangement actuel de tenture murale, de deux rideaux de lit et de cantonnière a été mis en place à la fin du 17e siècle par la belle-fille d’Ann Dacre, Alathea Talbot, petite-fille de Bess, comtesse de Shrewsbury. 

Les tentures ont été transmises aux descendants des Arundels jusqu’à Cowdray Park. En 1761, les tentures sont arrivées à Oxburgh Hall. Elles ont été achetées par le National Art Collections Fund en 1955. la National Art Collections Fund a fait don des tentures au V&A Museum, à condition qu’elles restent à Oxburgh.

Merci de votre lecture.

Sources :

  • The National Trust
  • Victoria & Albert Museum
  • The Mary Stuart Society

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
LinkedIn
Share