La bible au coeur – Marie Noëlle Thabut – Ancien Testament

La bible au coeur – Marie Noëlle Thabut – Ancien Testament

CHOIX DE TEXTES – Ancien Testament

DEUTÉRONOME 32, 10

Le Seigneur rencontre son peuple au pays du désert, dans les solitudes remplies de hurlements sauvages. Il l’entoure, il l’instruit, il veille sur lui comme sur la prunelle de son œil. Il est comme l’aigle qui encourage sa nichée, il plane au dessus de ses petits, il déploie toute son envergure, il les prend et les porte sous ses ailes.

MNT : « Les ornithologues dans le Sinaï, ont découvert que les aigles ont une manière très particulière d’enseigner à leurs petits à voler. Quand c’est le jour, papa et maman aigle sortent. Ils planent et ils font des larges cercles dans le ciel. Et les bébés aigles sont perchés sur les ailes des parents et quand c’est le moment de se lâcher, ils se lâchent. Mais papa et maman continuent à tourner dans le ciel et si les bébés aigles sont fatigués, ils vont pouvoir se reposer sur les ailes des parents. Et on recommence autant de fois qu’il faut pour que les petits soient capables de se lâcher définitivement, c’est-à-dire, de voler de leurs propres ailes. Et ce qui est merveilleux dans cet image, c’est qu’un auteur biblique a eu l’idée de l’appliquer à Dieu. Dieu tient à nous comme à la prunelle de son œil. Et moi qui suis grand-mère, ça me parle parce que mes petits, je tiens à eux comme à la prunelle de mon œil ».

ISAÏE 25,6

Le Seigneur, le Tout-Puissant, va donner sur cette montagne un festin pour tous les peuples. Un festin de viandes grasses et de vins vieux. De viandes grasses et de vins vieux décantés (…) Il fera disparaître la mort pour toujours. Le seigneur essuiera les larmes sur tous les visages et dans tout le pays, il enlèvera la honte de son peuple. Il l’a dit, lui, le Seigneur.

MNT : « Je suis frappée de voir l’assurance d’Isaïe pour dire quelque chose de l’avenir. S’il insiste pour dire que le Seigneur est le Tout-Puissant, c’est justement que l’on a bien besoin de se rappeler cela. On est dans une période difficile. Isaïe nous promet que l’avenir va s’éclairer et il nous dit le projet de Dieu qui est un projet de bonheur symbolisé ici par un festin. Isaïe est tellement sûr de cela, que quelques lignes avant, (25,1), il dit : « Seigneur, je t’exalte et je célèbre ton nom car tu as réalisé des projets merveilleux, conçus depuis longtemps, constants et immuables« .

MNT : « Isaïe est un prophète qui a besoin d’annoncer que les choses vont s’arranger. Il ose parler au passé tellement il est sûr que ça se réalisera. Il anticipe et à la fin, il termine le texte en disant :  » On dira ce jour-là, c’est lui Notre Dieu. Nous avons espéré en lui et il nous délivre. C’est le Seigneur en qui nous avons espéré. Exultons, jubilons puisqu’il nous sauve« . Si la Bible est la parole de Dieu, c’est que Dieu a parlé. Sa langue est l’Hébreu et son milieu l’Orient. L’Ancien Testament est un lieu merveilleux. Je ne lis par par cœur, c’est très rare (…) mais je m’interdit de lire trop longtemps par cœur parce que je sais d’expérience que l’on modifie le texte (…) attention, il faut respecter le texte. Je suis formée maintenant à une manière un peu hébraïque de penser par association d’idées, de mots d’images ».

EXODE 3,1 et 4,17

Moïse faisait paître le troupeau de son beau-père (…) et il mena le troupeau au delà du désert et parvint à la montagne de Dieu. L’ange du Seigneur lui apparu dans une flamme de feu du milieu du buisson. Moïse regarda, le buisson était en feu et le buisson n’était pas consumé. Alors Moïse dit, je vais faire un détour pour voir cette grande vision. Pourquoi le buisson n’est-il pas dévoré ? Alors le Seigneur vit que Moïse avait fait un détour pour pouvoir voir. Dieu l’appela du milieu du buisson.

MNT  » Les mots ange du Seigneur et Dieu veulent dire la même chose, mais dans la Bible, on n’ose jamais dire qu’on a pu voir Dieu même si on ose dire que Dieu nous a parlé.

Dieu l’appela du milieu du buisson. Moïse, Moïse. Moïse, répondit : Me voici. Dieu dit : n’approche pas d’ici, retire les sandales de tes pieds car le lieu où tu te tiens est une terre Sainte. Dieu dit, je suis le Dieu de ton père, Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob. Alors Moïse se voila la face car il craignait de regarder Dieu. Le Seigneur dit : Oui, vraiment j’ai vu la misère de mon peuple en Egypte et je l’ai entendu crier sous les coups de ses chefs de corvée. Oui, je connais ses souffrances. Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens et le faire monter de ce pays vers un bon et vaste pays, vers un pays ruisselant de lait et de miel (…) et maintenant puisque le cri des fils d’Israël est venu jusqu’à moi (…). Va maintenant, je t’envoie, toi, Moïse, vers le Pharaon. Tu feras sortir d’Egypte mon peuple, les fils d’Israël.

MNT : C’est le texte le plus important, le socle sur lequel repose leur foi, encore aujourd’hui, la foi du peuple Juif, c’est parce qu’il me semble qu’ils ont entendu là pour la première fois au monde, cette vérité fantastique qui est celle des croyants maintenant (…) cette vérité fantastique que quand nous sommes dans la souffrance, Dieu voit, Dieu entend, Dieu connait, Dieu sait. Alors il intervient en envoyant quelqu’un. Encore faut-il que le quelqu’un qui est appelé veuille bien y aller (type Jonas) et encore faut-il que celui qui est dans la souffrance accepte celui qui est envoyé.

Marie Noelle Thabut organise aussi des voyages en Terre Sainte. Son but est de donner à vivre une expérience inoubliable. Il s’agit d’écouter et d’entendre les textes sur les lieux de la Bible. « Lire les textes sur place n’a pas de prix. Évoquer Elie dans le Sinaï, évoquer Moïse dans le désert, Jésus à Jérusalem et entendre le texte comme l’Esprit Saint l’a soufflé à un auteur. C’est l’Esprit Saint qui est derrière ces textes. Il a voulu dire quelque chose dans ce lieu-là. Il a choisi ce lieu-là, je ne sais pas pourquoi ». Terre Sainte veut dire la Terre de Dieu car le mot Saint, dans l’Ancien Testament, c’est l’adjectif de Dieu. Cela ne veut pas dire parfait, ce n’est pas une note morale, cela veut dire Divin en Latin. Jour Saint est le jour de Dieu, Saint, c’est à la manière de Dieu et les Saints, ce sont ceux qui appartiennent à Dieu (cela ne veut pas dire que ce sont des gens qui ont toujours été parfaits et c’est très rassurant).

ELIE 1R 19,11-15

Le Seigneur dit à Elie, sors et tiens toi sur la montagne devant le Seigneur. Voici que le Seigneur va passer. Alors il y eut devant le Seigneur un vent fort et puissant, qui érodait les montagnes et fracassait les rochers mais le Seigneur n’était pas dans le vent, après le vent, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre. Après le tremblement de terre, il y eut un feu, mais le Seigneur n’était pas dans le feu et après le feu, il y eut le bruissement d’un souffle ténu. Alors en l’entendant, Elie se voila le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l’entrée de la caverne.

MNT : Pour moi c’est un texte fantastique dans la découverte d’Israël, de ce qu’est vraiment Dieu, très différent de celui qu’on croit, qu’on attend, qu’on imagine. Jusqu’ici, Elie croyait que Dieu était un Dieu de puissance, de fracas, tremblement de terre, feu, vent violent, et voilà qu’il découvre qu’au contraire, Dieu n’est que douceur et tendresse. La TOB parle d’un « bruissement d’un souffle ténu« , une autre bible dit « le murmure d’une brise légère« , c’est joli mais encore trop fort en hébreu, c’est plutôt « le son d’une poussière de silence ». C’est très ténu, alors Dieu est vraiment dans le Silence, dans « un son de fin silence« . Elie a fait une découverte majeure. Son peuple ne l’oubliera plus jamais justement au moment où il était tout pauvre. Parce qu’il est pauvre de cœur, il peut rencontrer Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
LinkedIn
Share