La bible au coeur – Marie Noëlle Thabut – Nouveau testament et livre de Job

La bible au coeur – Marie Noëlle Thabut – Nouveau testament et livre de Job

CHOIX DE TEXTES – Nouveau Testament et Livre de Job

MNT : « Quand on se met à évoquer les personnages de la Bible, j’ai vraiment l’impression que le ciel est peuplé. Peuplé d’innombrables personnages. Ce qui m’impressionne, c’est que ce sont des braves gens finalement. Ce ne sont pas des grands et merveilleux personnages, saints, pieux, magnifiques. Ce sont des gens normaux, parfois pas brillants et pas toujours tellement moraux et j’aime beaucoup ça parce que Dieu à fait avancer ses projets, comme dit Isaïe, ses projets « constants et immuables » avec des braves gens. Pas tous braves d’ailleurs, je pense à Jacob qui est un peu brigand, Paul, fougueux, passionné et violent, Elie comme Paul et avec ses gens là, il a fait avancer son projet. Moïse qui est bègue, il en fait un chef de peuple, Timothée est fragile, Jérémie est chétif et tremblant, Samuel est un petit garçon, Ruth, une étrangère et une moabite et Marie, la toute petite et je terminerai par là, humble jeune fille de Nazareth, qui a fait confiance. Tous ses gens là ont pris leur place, ce qui nous laisse beaucoup d’espoir, on peut aussi prendre la nôtre ».

TIMOTHEE 1, 12-17

Oui, elle a surabondé pour moi, la grâce de Notre Seigneur, ainsi que la foi et l’amour qui est dans le Christ Jésus. Oui, elle est digne de confiance cette parole et mérite d’être pleinement accueillie par tous : Christ Jésus est venu dans le monde pour sauver les pécheurs dont je suis, moi, le premier. Mais s’il m’a été fait miséricorde, c’est afin qu’en moi, le premier, Jésus Christ démontrât toute sa générosité, comme exemple pour ceux qui allait croire en lui, en vue de la vie éternelle.

MNT : « Paul nous rappelle son parcours ici. Lui qui a commencé par être un persécuteur des Chrétiens. Il dit même qu’il était persécuteur, blasphémateur et violent. Et puis, il a été saisi sur le chemin de Damas et il est devenu un apôtre du Christ et il devient un très grand apôtre du pardon ».

MNT : « Je suis très impressionnée par la patience que Dieu a développé pour se révéler à son peuple et à travers ce peuple à l’humanité. Pour comprendre les textes bibliques, il faut partir de cette hypothèse que j’appelle « la trajectoire ». Dieu a choisi un peuple, cela commence par un vieillard stérile et sa femme, Abraham et Sarah. Il s’est révélé petit à petit à ce peuple au long des siècles. Il y a une phrase très importante dans le livre du Deutéronome 8,5, Moïse parle à son peuple après des siècles de réflexion et dit :

Tu reconnais, à la réflexion, que le Seigneur Ton Dieu faisait ton éducation comme un père fait celle de son fils.

MNT : « C’est bien la même alliance qui se poursuit de l’Ancien au Nouveau Testament. Testament veut dire alliance en grec. Il y a un psaume qui dit que pour Dieu, mille ans sont comme un jour (psaume 90) et Saint Pierre dit la même chose ».

MNT : « La Bible est, il me semble, une prédication. Elle s’adresse a des croyants. L’écoute amoureuse est la définition du croyant. Dieu merci, un non-croyant peut la lire, mais il faut au moins avoir cette attitude d’ouverture, accepter d’être surpris, d’être emmené là où on ne comptait pas ».

JOB 21,3

Job prit la parole et dit : Ecoutez, écoutez mes paroles, c’est ainsi que vous me consolerez. Supportez-moi et moi, je parlerai. Quand j’aurai parlé, vous pourrez vous moquer. Pourquoi les scélérats vivent-ils ? Vieillir, c’est pour eux accroître leur pouvoir. Leur postérité s’affermit en face d’eux, en même temps qu’eux, ils ont leurs rejetons sous leurs yeux (…) Au jour du désastre le méchant est préservé (…) de vos réponses, il ne reste que fausseté.

MNT : « Très grand passage du livre de Job, il va enfin oser dire ce qu’il pense. On dit souvent « pauvre comme Job » mais au début de sa vie, il était riche, tout allait bien, c’était merveilleux et puis un jour, les malheurs se sont abattus sur lui. Il a accepté : « Le Seigneur a donné, le Seigneur a ôté, béni soit le nom du Seigneur« . Et puis, il a réfléchi et il a trouvé que cela était bien injuste. Son entourage lui disait que s’il était dans le malheur, c’est qu’il avait péché. Les gentils sont toujours récompensés et les méchants toujours punis. Mais il était vraiment innocent. Et c’est un passage très intéressant car il va remettre ça en cause peu à peu. Il va discuter et dire que cela suffit « De vos réponses, il ne reste que fausseté » et Dieu dira « Tu es le seul à avoir parlé de moi avec droiture, tu es un vrai serviteur« .

MNT : « Le problème de la souffrance reste sans réponse. Je connais des gens que la souffrance a cassé et qu’elle a éloigné de la foi (…) l’accompagnement est très important. J’ai eu moi même un cancer et j’ai été très entourée (…) Je ne sais pas expliquer le mal mais je peux combattre, soutenir, aider, consoler. Ce qui me parait important, c’est que le non-malade ne se permette pas de parler pour le malade. Je n’ai pas le droit de dire à quelqu’un comment il doit prendre sa souffrance, dans la confiance ou la révolte (…) Le non-malade doit être là, tendrement. Il faut se taire, silencieux par pitié et donner la main, être là ».

MNT : « La chose universelle dans la Bible, c’est Dieu. Dieu et cette merveille qu’est son projet pour l’humanité toute entière. Il ne faut surtout pas être intello pour lire la Bible. Jésus disait : « Je te loue Père Très Saint, du ciel et de la Terre, d’avoir caché tout cela aux sages et aux savants, et de l’avoir révélé aux tous petits« . Vraiment, les plus petits, les plus pauvres ont un accès à la Bible, que des gens savants perdent parfois, peut-être. La Bonne Nouvelle est partout dans les textes. Il faut parler pour partager sa foi (…) Mais on n’est pas savant, on n’est jamais savant ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

RSS
LinkedIn
Share