Un château et des livres – Hautefort en Périgord

Un château et des livres – Hautefort en Périgord

Somptueux château du Périgord, Hautefort domine l’horizon à des kilomètres à la ronde. Classé « Monument Historique« , le château est au cœur d’une région magnifique, aux confins de la Corrèze et du Limousin. Il est également doté d’un immense parc et de superbes jardins à la française, eux-même classés « Monuments Historiques« .

Voici une liste d’ouvrages qui pourront compléter les articles que j’ai rédigé sur ce site. Avis aux lecteurs, ce merveilleux château de Hautefort n’a pas fini de vous surprendre.

Visiter HAUTEFORT, Dominique Audrerie (mon professeur préféré à la Fac) aux Editions Sud-Ouest, 1989. Un ouvrage de référence, illustré de nombreuses photos et didactique sur l’histoire du château. 30 pages.

HAUTEFORT et ses seigneurs, Emile Gavelle, Les Editions Périgourdines, 1963. Un petit ouvrage de 48 pages qui présente les seigneurs et les familles qui ont occupé le château depuis l’origine connue.

Le chateau de HAUTEFORT, Bernard Soumagnat. Editions Jesco Hautefort, 1970. Cet ouvrage présente le château, son histoire, les familles de Lastours, de Born, de Gontaut-Hautefort et celle des de Damas. En 50 pages, l’auteur brosse un portrait du château et de son histoire avec une iconographie en noir et blanc.

HAUTEFORT de Henry de Ségogne, aux Editions Artistiques Française, sans date. Un petit livret de 16 pages essentiellement composé de photographies en noir et blanc. 3 pages de texte présentent la localité.

HAUTEFORT, notice historique et descriptive, Simon Arbellot, aux Editions Barry Paris, sans date. C’est un ouvrage de 32 pages qui présente un historique, et une description du château et de ses jardins. Le livret est agrémenté de photos en noir et blanc.

Le château de HAUTEFORT, Paul Vitry, 1929. Paul Vitry fut conservateur au musée du Louvre. Ce petit ouvrage est un extrait de son intervention lors du Congrès Archéologique de France qui s’est tenu à Périgueux en 1927. Cela représente une étude de 14 pages qui propose un bref historique avec mentions des seigneurs de Hautefort ainsi qu’une brève description architecturale.

HAUTEFORT, guide touristique, collectif, des Editions Art et Tourisme. C’est un petit livret de 32 pages qui traite en premier lieu de l’architecture du château par W.B, puis de l’histoire par le chanoine Goumet. De nombreuses photos en noir et blanc agrémentent le texte.

A HAUTEFORT et alentours, événements d’un siècle, Jean Goumet, Editions du Périgord Noir, 1983, 137 pages. Le chapitre I traite de l’année 1789. La constitution civile du Clergé. Vers la mise « Hors la loi » du christianisme. Le chapitre II traite de l’élection du Tiers-Etat aux Etats Généraux de Saint-Agnan et dans quelques paroisses des environs. Et enfin, le chapitre III aborde d’autres communes comme Tourtoirac et Badefols. Il y a un liste des mendiants, les mesures de la Garde Nationale, la liste des commerçants et artisans, la liste des maires et un propos sur Eugène Le Roy, l’auteur de Jacquou le Croquant.

Autour du château de HAUTEFORT 1789-1890, Jean Goumet, Editions du Périgord Noir, 1986. Le livre de 215 pages aborde la Maison d’Hautefort, la localité, 1789, les nouvelles autorités, les menaces sur le château et les habitants, le citoyen Nicolas Guerin, la Terreur à Hautefort, le château comme prison, le temps du Directoire, la vie sour le Consulat et l’Empire, et la famille de Damas à Hautefort.

A la découverte de HAUTEFORT, les plus beaux villages de France, Edition Couleurs du Périgord, 2012. Ce petit livret de forme carrée présente en une soixantaine de pages un itinéraire de découverte, un bref historique et de très belles photos en couleurs.

Les Recueils de Documents de l’association Hautefort Notre Patrimoine sont des incontournables. C’est aujourd’hui 7 tomes qui sont disponibles à la lecture. L’association produit un travail remarquable depuis des années en recherchant et en compliant des documents qui sont mis à la portée de tous, pour le plus grand bonheur des curieux, comme celui des historiens.

Généalogie de la Maison de HAUTEFORT, en Périgord, Limousin, Picardie et Vivarais, Niort, 1898. Une étude complète de 240 pages maintenant disponible en lecture numérique PDF au lien suivant : http://static.reseaudesassociations.fr/cities/727/documents/plvnwm2vbhcp6d.pdf

Histoire et Généalogie des Maisons de Gontaut-Biron et Hautefort Georges Martin, Mathias, 1995. Un ouvrage de 250 pages qui présente les branches des familles Gontaut-Biron-Hautefort.

Notice sur la famille et la descendance naturelle de François, premier Marquis de HAUTEFORT, Eugène Leroy, 86 pages, dans le Recueil de Document 5 de HNP.

La dynastie de HAUTEFORT, Born, Gontaut, La Tour d’Auvergne, Lestranges et leurs alliances, Michel Démorest, Editions généalogiques de la Voûte, 2008. Un livret de 35 pages présente ces différentes généalogies.

HAUTEFORT, Connaissance des Arts, numéro Hors-série, 2000. 66 pages colorées qui présente « un château classique en Périgord – Le mystère Bertran – La belle Aurore d’un siècle – Par deux fois sauvé et d’un projet à l’autre ».

Correspondance de François-Marie de HAUTEFORT et de Marie-Françoise de Pompadour avec leurs agents d’affaires en Limousin, Lambert, 1905. Ce livre traite leur correspondance de 1684 à 1695 et de 1716 à 1747.

Madame de HAUTEFORT, le grand amour de Louis XIII, Jacques Magnes, Perrin, 2000. 260 pages. Résumé : « Très belle, altière, intrépide, spirituelle et railleuse, Marie de Hautefort fut pendant cinquante ans au cœur de la grande et de la petite histoire de la cour de France. Cette Périgordine, née au château de Hautefort en 1616, inspira, dès l’âge de quatorze ans, une violente et longue passion platonique à Louis XIII. Fille d’honneur de Marie de Médicis, puis d’Anne d’Autriche, c’est à cette dernière qu’elle fut constamment attachée et non au roi soupirant qu’elle ne cessa de picoter pendant près de dix ans. Ainsi épousa-t-elle toutes les intrigues de la reine contre Richelieu qui ne cessa de l’espionner et de tenter de la remplacer – notamment par Cinq-Mars – dans le cœur de Louis. Bien que, par la suite, elle ait intrigué contre Mazarin, Louis XIV la tint en haute estime. Exilée deux fois et deux fois rentrée en grâce, elle finit par se marier (à vingt-huit ans !) au maréchal de Schomberg, duc d’Halluin. Celle qui fut pour les poètes une  » divine Aurore « , une Hermione souveraine, participa sans reniement ni compromission à la conjuration des Importants et à la « révolution culturelle » des salons. Elle patronna Paul Scarron et donna sa première chance à Bossuet. En nous contant la vie de l’ingouvernable Marie, Jacques Magne nous promène au cœur des règnes de Louis XIII, de Louis XIV et de leurs cardinaux-ministres« .

Marie de HAUTEFORT, un amour platonique de Louis XIII. Reines, Maîtresses et Favorites. Hachette, 2017. Un très beau libre jeunesse de 55 ans pages, assorti d’une iconographie pédagogique avec des reproductions de portraits, de tableaux et de gravures.

Madame de HAUTEFORT, Victor Cousin, Paris, 1874. Biographie.

J’espère que ces références pourront vous être utiles. Il y a bien sûr un grand nombre de textes sur Hautefort dans les ouvrages généraux sur l’histoire du Périgord, les châteaux du Périgord et le patrimoine de la Dordogne qui pourront compléter vos recherches.

Je vous parlerai dans un prochain article des ouvrages spécifiques au troubadour et guerrier Bertran de BORN.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
LinkedIn
Share