Le Monde des Bâtisseurs dans la Forêt Landaise

Le Monde des Bâtisseurs dans la Forêt Landaise

LA CHAPELLE DE SAINT PAU

La chapelle de Saint-Pau (sans le L), se situe près du château. Elle faisait partie d’un village aujourd’hui disparu. La tradition rapporte que ce sont les Templiers qui auraient construit Saint-Pau, il faut dire que le nombre de leurs possessions était important au Moyen Age, en Albret. Cependant, aucun texte ne permet de l’attester. La chapelle date de la fin du XIIe, début XIIIe siècle et elle est dédiée à Saint Paul et à Saint Roch. Saint-Pau est cité dans les « Rôles Gascons » Au XVe siècle, elle est augmentée d’une travée à l’ouest, reçoit un clocher mur et un portail occidental en arc brisé surmonté d’un écu à fleurs de lys.

Nef de la chapelle de Saint Pau - Meylan
Photo petit-patrimoine.com

La nef primitive a été rehaussée jusqu’à la hauteur de la travée ouest. Selon G. Tholin, l’église était entourée d’un mur de cimetière percé de canonnières datant de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle, mais il a disparu. En 1547, Arnaud Claverie la trouve en bon état, voûtée, blanchie, enclose dans le cimetière fermé de pierre. Le chœur et l’arc triomphal ont été ornés de peintures murales d’un style comparable à celles de l’église de Saint-Simon (Saint-Pé-Saint-simon) qui sont datées de 1823.

Photo petit-patrimoine.com

Le portail occidental est surmonté d’un écu sculpté de 3 fleurs de lys à peine visibles. On remarque sur les murs et la voûte du chœur des vestiges de peinture murale avec bandes jaunes, ocre, orangées, blanches et rouges, des rinceaux et des draperies, un ange et un saint en pied, peut-être Saint Paul à qui est dédiée la chapelle, et des chutes de fruits sur l’arc triomphal.

Une salle, peut-être dotée d’un étage, défendait l’entrée de l’église. Son architecture nous prouve qu’elle a été construite à la hâte.

Aujourd’hui, malheureusement, l’édifice est abandonné et en très mauvais état intérieurement. Mais le lieu reste incontestablement plein de charme et à découvrir.

L’EGLISE DE MEYLAN

Cette église à chevet plat, fortifiée des XIIIe et XIVe siècles, est dédiée à Saint Jean-Baptiste. Dominant la vallée de la Gélise, des vestiges antiques ont été découverts à proximité. Il s’agit de l’ancien territoire des Sotiates, peuple gaulois qui a résisté à Jules César et qui est nommé dans son livre « La Guerre des Gaules« . Une prochaine chronique sera consacré au village de Sos en Albret et à ce peuple de Gaulois.

Le portail d’entrée en arc bisé sous un auvent présente des voussures à trois tores à becs, archivolte à pointe de diamants, des têtes humaines sur les culots et chapiteaux avec frise de feuilles de chêne ressemblant à des visage dont on verrait les yeux.

La travée ouest est en forme de tour de défense, puisque des tourelles d’angle carrées flanquent cette travée à l’ouest. L’édifice a été transformé, probablement au XIVe siècle avec une surélévation des trois travées orientales percées de baies géminées hautes, la construction du portail occidental et des colonnes surmontées de chapiteaux feuillagés. Selon l’enquête d’Arnaud Claverie publiée par l’abbé Breuils, une voûte est édifiée à partir de 1544, et en 1547, il n’y manque que trois arcs ; les chapiteaux supportant le doubleau central datent sans doute de la même campagne de travaux. Le cimetière est entouré d’un mur percé de 7 canonnières, datant vraisemblablement des guerres de Religion. La voûte a été réparée en brique vers 1880.

Nous terminons par une petite vidéo pour la présentation des deux sites.

Meylan, terre de légendes, est aussi le lieu du Lac sans Fond, du Pont du diable et du Cromlech préhistorique (Reaup), mais ça, c’est une autre histoire à retrouver dans de prochaines chroniques. A bientôt.

Merci de votre lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

RSS
LinkedIn
Share