Henri VII, le père de la dynastie Tudor

Henri VII, le père de la dynastie Tudor

Fils de Margaret Beaufort, descendante d’Edouard III Plantagenêt, Roi d’Angleterre et d’Edmond Tudor, comte de Richmond. Il est l’unique héritier de la Maison Lancastre après la mort du roi Henri VI et de son fils Edouard de Westminster, et le père du charismatique Henri VIII.

Henri est né le 28 janvier 1457 au château de Pembroke au Pays de Galles. Son père, qui avait été capturé par les York est décédé trois mois avant la naissance d’Henri et Margaret Beaufort fut confiée au frère d’Edmond, Jasper Tudor, en attendant la naissance d’Henri. Lorsque Edouard IV d’York est monté sur le trône en 1461, Jasper Tudor s’exila en Bretagne, en France, avec son neveu, qui y passa 14 années.

Chateau de Pembroke au Pays de Galles en Angleterre

Depuis le début du XVe siècle, les Lancastre mènent un guerre sans merci contre les York, appelée la guerre des Deux-Roses. Edouard IV d’York a ravi le trône à Henri VI de Lancastre, Henri reprit son trône, puis Edouard IV une nouvelle fois encore. Le pays était déchiré par ces guerres civiles. Après le retour d’Edouard IV sur le trône au printemps 1471, Henri VI et son fils sont assassinés. Edouard IV meurt le 9 avril 1483 et c’est son frère, Richard III, qui est monté sur le trône d’Angleterre, les fils d’Edouard IV, Edouard V et Richard d’York ayant mystérieusement disparu de la Tour de Londres où Richard III les avait fait amener, dans l’attente du couronnement d’Edouard V. C’est le grand mystère des petits princes de la Tour de Londres.

Bataille de Bosworth 1485
Bataille de Bosworth 1485

Cette guerre des Deux Roses est l’affrontement fatal des Maisons d’York et de Lancastre de 1455 à 1485, entre la Rose Blanche et la Rose Rouge. De nombreuses batailles ont eu lieu au cours de cette période. Notamment les batailles de Saint Albans en 1455, de Towton en 1561 et de Tewkesbury en 1471. Puis la bataille de Bosworth en 1485 où Henri Tudor qui bat Richard III et allie ainsi les deux Roses pour donner naissance à celle des Tudor, la rose rouge et blanche.

Les roses d'Angleterre - Lancastre, York, Tudor

Il y eut beaucoup de batailles en trente ans, mais il y eut réellement huit grandes batailles comme celles citées précédemment. Henri VII, vainqueur de Bosworth le 22 août 1485, utilisa cette victoire pour montrer au peuple anglais sa légitimité et la paix qu’il allait développer dans tout le royaume après ses affrontements entre les York et les Lancastre. Et pour asseoir sa légitimité, il décida d’épouser Elizabeth d’York, l’une des filles d’Edouard IV et nièce de Richard III le 18 janvier 1486. Henri devait légitimer son nouveau règne.

Henri VII et Elizabeth of York Tudor
Henri VII et Elizabeth d’York

Henri voulait que son mariage avec Elizabeth soit considéré comme un nouveau départ pour l’Angleterre, une période de paix, de prospérité, et de pouvoir.

Rouleau généalogique des Rois d'Angleterre
Rouleau généalogique des Rois d’Angleterre

Henri descendait de sa grand-mère, Catherine de Valois, reine d’Angleterre et épouse consort d’Henri V, qui s’était remarié avec Owen Tudor, un petit seigneur Gallois dont était issu son père Edmond Tudor et lui-même. Henri n’étant donc pas de lignée directe dut, toute sa vie, légitimer sa position et se défendre contre des héritiers au trône d’Angleterre, plus directs que lui, comme le furent les York. En épousant Elizabeth, il réalisait un mariage qui lui permettait de faire oublier sa lignée non entièrement royale. Elizabeth était la fille d’un roi alors que lui, Henri, n’était que le petit-fils d’un serviteur gallois et d’une reine consort. Pour lui, ce mariage était un véritable acte de réconciliation entre les deux Maisons d’York et de Lancastre.

De leur union naquirent plusieurs enfants, Arthur Tudor l’aîné, Prince de Galles, qui épousa l’infante d’Espagne, Catherine d’Aragon, Margaret, future Reine d’Ecosse, Henri, futur Henri VIII, Elizabeth décédée à l’âge de 3 ans, Marie, future Reine de France, épouse de Louis XII puis de Charles Brandon, Edmond et Catherine morts en bas-âge. Sur sept enfants, quatre survécurent à l’âge infantile.

Buste d’Henri VII par Torrigiano

Henri VII fut un roi pacificateur, économe, qui a bénéficié de l’affaiblissement de la haute noblesse après cette longue période de la guerre des Deux-Roses. Pour régner, il s’appuya sur la gentry, composée de nobles de la campagne anglaise, la classe moyenne, les Yeomen qui composaient notamment ses troupes et sur les marchands. il développa l’économie anglaise et la marine commerciale grâce aux expéditions outre-atlantique. Il remplit aisément les caisses du Trésor royal et apporta une grande stabilité financière au royaume. Sous son règne le Parlement a peu de pouvoir et les grands du Royaume ont dû se plier à lui.

The Duke of Rutland Collection - Henri VII entouré de ses conseillers financiers Edward Dudley et Richard Empson
The Duke of Rutland Collection – Henri VII entouré de ses conseillers financiers Edward Dudley et Richard Empson

Après la mort de son épouse Elizabeth d’York le 11 février 1503, Henri VII tenta plusieurs nouvelles alliances sans succès. Son fils aîné, Arthur, Prince de Galles, étant décédé le 2 avril 1502, il imagina même épouser sa belle-fille veuve, Catherine d’Aragon. Celle-ci refusa catégoriquement appuyée par ses parents, les Rois Catholiques d’Espagne, Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon. Mais rechignant à renvoyer Catherine en Espagne et à restituer sa dot à moitié payée, Catherine resta en Angleterre. Catherine fut fiancée à Henri, nouveau Prince de Galles, héritier du trône et futur Henri VIII.

Henri avait envisagé d’épouser Jeanne de Naples, Jeanne Ière de Castille, la sœur de Catherine d’Aragon, et Marguerite d’Autriche. Aucun de ces projets n’aboutirent. Très malade, Henri VII décéda le 21 avril 1509 de la tuberculose à l’âge de 52 ans et après avoir régné presque 24 ans.

Henri VII savait qu’il était mourant et il s’était retiré au palais de Richmond fin février pour y passer ses derniers jours. John Fisher, futur évêque de Rochester, que son fils Henri VIII fit exécuter, est resté près de lui les derniers jours. Il raconte que le roi n’était pas en paix les jours avant sa mort. Il a passé ses derniers jours en confession, priant, pleurant et tentant de négocier avec son Créateur en promettant de changer si Dieu lui prêtait vie.

Buste funéraire d'Henri VII
Buste funéraire d’Henri VII

Toutefois, il est mort en bon Chrétien ayant entendu la messe de la Vierge Marie, le jour de sa mort, pour laquelle il avait une grande dévotion selon Fisher. Il a tenu et embrassé le crucifix à plusieurs reprises et récité le psaume 114. Sa mort est restée secrète pendant deux jours avant d’être annoncée aux Chevaliers de la Jarretière, le jour de leur rassemblement annuel, le 23 avril et la mort du roi n’a été rendue publique que le lendemain, le 24 avril.

Le Roi est mort, Vive le Roi !

C’est son fils cadet, Henri, 17 ans, qui lui a succédé sous le nom d’Henri VIII.

Henri VII fut inhumé à l’abbaye de Westminster aux côtés de son épouse, Elizabeth d’York. Sa mère, Margaret Beaufort, décéda la même année, le 29 juin 1509.

Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

RSS
LinkedIn
Share