Le Registre Matricule – Guerre de 14-18

Le Registre Matricule – Guerre de 14-18

Chaque homme appelé se voyait attribuer un numéro de matricule, correspondant au numéro de la page du registre tenu par l’armée dans lequel toute sa carrière militaire était inscrite. Grâce à cela, il est possible de retrouver ses grands-pères, arrières-grands-pères et leur parcours depuis la mobilisation du 2 août 1914.

Les matricules militaires sont liés au service militaire obligatoire, instauré par la conscription, qui consiste à recenser chaque année les jeunes gens de sexe masculin, puis à les inscrire dans le contingent militaire qui effectuera le service au sein de l’armée active. Reposant sur des modalités de mobilisation qui ont fortement varié au cours du 19siècle, le service militaire, à partir de 1905, est obligatoire pour tous et abaissé à une durée de deux ans.

table des matière d'un registre matricule
Table des Registres matricules

Ces documents sont produits à la fin d’un processus, initié au niveau des mairies, par le recensement de tous les jeunes gens âgés de vingt ans et qui forment une  » classe « , identifiée par l’année où ils ont atteint cet âge. Le passage devant un conseil de révision, sis au chef-lieu de canton, permet de déclarer ceux qui sont aptes ou inaptes au service militaire. C’est ensuite que les bureaux de recrutement du ministère de la Guerre, qui s’inscrivent dans les subdivisions des régions militaires (différentes des limites administratives civiles), prennent le relais en immatriculant les conscrits qui seront effectivement incorporés dans l’armée.

Les matricules militaires

Les matricules militaires incarnent cette entrée du soldat dans l’armée. Disponibles sous forme de série continue à partir de 1867 et conservées au sein de la sous-série  » 1 R  » des Archives départementales, on les dénomme aussi  » feuillets nominatifs des conscrits  » ou  » états signalétiques et des services « . L’enregistrement du soldat se fait dans des registres dont l’économie a évolué avec le temps. À l’époque de la Grande Guerre, le feuillet individuel représente une page du registre.

Les registres matricules des Poilus représentent 9 millions de fiches individuelles de conscrits. 17 millions de pages couvrent les classes de mobilisation répertoriées dans le Grand Mémorial, entre 1887 et 1921.

Un état civil complet

La partie supérieure de chaque registre comprend les informations sur l’état civil du conscrit :
– nom, prénoms, voire surnoms ;
– date, lieu et département de naissance ;
– lieu de résidence au moment de l’enregistrement pour le service militaire ;
– noms et lieu de résidence des parents ;
– détails physiques ;
– niveau d’instruction ;
– profession : au moment de la conscription, puis lors des différentes actualisations de la fiche matricule. 

registre matricule

Quand le soldat est mort au champ d’honneur, son décès est d’abord enregistré au sein du régiment, avant que l’acte ne soit transcrit à la mairie d’une commune proche. C’est le nom de cette commune qui figure sur la fiche matriculaire du soldat. Pour connaître précisément le lieu du décès, il est donc utile de recouper les informations présentes dans le registre matricule avec celles données par les fiches de Morts pour la France (interrogeables dans le Grand Mémorial) ou les registres de l’état civil des régiments (conservés aux Archives nationales).

Le parcours du combattant

La partie médiane ( » Détail des services et mutations diverses « ) liste le parcours militaire du conscrit :
– les batailles auxquelles le soldat a participé ;
– ses affectations dans les corps de l’armée ;
– ses différents lieux de résidence.

Les précisions sur le parcours du conscrit sont réparties différemment selon les modèles de registres utilisés :
– les blessures et actions d’éclat ;
– les remarques sur le comportement et l’exemplarité de l’individu ;
– les médailles et/ou décorations reçues.

En vis-à-vis de cette rubrique, une liste des corps dans lesquels le soldat a été successivement affecté résume son parcours au sein de l’armée.

Voici une petite vidéo détaillée dans laquelle je vous explique comment retrouver les registres matricules de vos grands-pères, arrières-grands-pères, oncles, …. :

Alors, allez-vous, vous aussi, rechercher vos Poilus ? En tous cas, leur découverte est réellement un grand moment d’émotion.

Merci de votre lecture.

Source texte : Grand Mémorial – Ministère de la Culture.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
LinkedIn
Share