Un psautier miniature d’Anne Boleyn

Un psautier miniature d’Anne Boleyn

Voici un petit psautier de corset datant du XVIe siècle et qui, selon la légende, a pu appartenir à ANNE BOLEYN, la seconde épouse d’Henri VIII.

Ce petit ouvrage était destiné à être accroché à un corsage, et contenait des Psaumes, en écriture cursive gothique. Il est orné d’un portrait d’Henry VIII (fait d’or en partie), et contient 104 feuillets.

Il mesure 4 cm x 3 cm.

Il est conservé à la British Library à Londres. Les photos le présentent sans gants mais il faut penser que les conservateurs de la British Library n’en n’ont pas utilisé pour le saisir plus facilement pour les photos. Cet ouvrage est vraiment tout petit.

psautier anne boleyn

À la fin du Moyen Âge, de petits volumes étaient à la mode parmi les élites alphabètes. Les livres de prières, et en particulier les livres d’heures, figuraient parmi les contenus préférés et attiraient souvent les femmes en particulier. Leurs dimensions réduites les rendaient plus légers et plus faciles à transporter par le propriétaire tout au long de la journée; et, portés par une fine chaîne à une ceinture – en utilisant les cerceaux que l’on peut voir clairement dans cet exemple -, ils ont également fabriqué des bijoux et des ornements fabuleux.

On retrouve la description d’un volume similaire décrit par George Wyatt à la fin du XVI me siècle. Wyatt note que, selon la légende, l’objet aurait été donné par Anne à l’une de ses dames d’honneur alors qu’elle montait sur l’échafaud le 19 mai 1536 (la-dite dame d’honneur étant de la famille de Wyatt). Toutefois, aucune preuve n’existe à ce propos.

En 1873, Robert Marsham décrivit un manuscrit alors en possession de son frère, Charles Marsham, troisième comte de Romney, dans un article (publié dans Archaeologia 44, 1873) intitulé : « Sur un livre de manuscrits de prières avec une reliure en or émaillé, reine Anne Boleyn aurait donné à une dame de la famille Wyatt: avec une transcription de son contenu ».

La dame en question est traditionnellement considérée comme étant Lady Margaret Lee, sœur de Thomas Wyatt et serait l’une des dames de la reine Anne Boleyn.

psautier anne boleyn

Marsham lui-même, dans son article sur Archaeologia , reconnaît qu’il n’y a aucune preuve pour corroborer la tradition familiale, notant qu’elle n’est pas mentionnée par George et Richard Wyatt lorsqu’ils ont compilé les « Monuments commémoratifs de la famille» en 1727.

Toutefois, Marsham suggère que la tradition date au moins au milieu du XVIIIe siècle. George Vertue, dans son article « Notes sur les beaux-arts » de 1745, déclare avoir vu dans la possession de M. Wyatt un «très curieux petit livre de prières MS sur vélin, serti en or, ornements gravés à l’or noir émaillé – tels ont été donnés à Demoiselles d’honneur de la reine Anne Boleyn – elle a donc été confiée à l’un des Wyatt et est préservée depuis sept générations ».

Il est également fait référence aux procès-verbaux de la Société des antiquaires, à côté d’un dessin du livre de prières de 1725, comme suit:

« 24 mars 1724/5. M. Corry apporta un manuscrit sur vélin dans un coffret en or émaillé curieusement, une forme de dévotion tirée des Psaumes, etc. ou des Consolations en détresse. Ceci appartenait à la reine Anna Bollen et était maintenant entre les mains de Mme Wyat de Charter House, dans quelle famille elle se trouve depuis sa mort. Elle a aussi une photo originale d’elle ».

Le volume semble être passé de la possession de la famille Wyatt à celui de Richard Temple-Nugent-Brydges-Chandos-Grenville (1776-1839), premier duc de Buckingham et Chandos, de Stowe House, à un moment avant 1818 – 1819: il figure dans un catalogue des livres du duc établis à cette époque. Il fut ensuite hérité par le second duc de Buckingham et Chandos, Richard Plantagenet Temple-Nugent-Brydges-Chandos-Grenville (1779-1861). Le second duc le vendit à Bertram Ashburnham (1797-1878), quatrième comte d’Ashburnham, en 1849. Il fut acheté par le British Museum en 1883 au cinquième comte d’Ashburnham, avec plus d’un millier d’autres manuscrits de Stowe.

Marsham lui-même semble mettre en doute la véracité de la tradition familiale, bien qu’il ait pu confirmer que le portrait mentionné dans les 1725 minutes était également en possession de son frère dans les années 1870…

Quelle que soit la vérité à propos de cette légende en lien avec Anne Boleyn, il ne fait aucun doute que c’est un exemplaire magnifique, et rare d’un livre miniature de l’époque des Tudor. Il est maintenant détenu par la British Library (Stowe MS 956).

Merci de votre lecture.

Source : British Library Londres

2 thoughts on “Un psautier miniature d’Anne Boleyn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
LinkedIn
Share