12 mai 1536 – Le procès des quatre hommes de la Tour

12 mai 1536 – Le procès des quatre hommes de la Tour

Ce fut le procès de quatre des hommes accusés dans l’affaire Anne Boleyn :

Henri Norris, ami du roi et son porte-coton, Mark Smeaton, musicien de la cour, Francis Weston, Gentilhomme de la Chambre privée du roi et William Brereton un homme très influent du Pays de Galles.

Tous les quatre furent transportés par barge (bateau) de la Tour de Londres où ils étaient retenus prisonniers, à Westminster Hall pour être jugés de haute trahison.

Westminster – Great Hall
Westminster – Great Hall

Le jury du Kent avait statué la veille et le jury du Middlesex le jour précédent. Cela ne faisait que huit jours de Weston et Brereton avaient été emprisonnés. Les événements avaient donc été terriblement rapides.

Thomas Boleyn, le Comte de Wiltshire et père d’Anne et de George Boleyn faisait partie du jury. C’est un homme qui n’avait certainement pas sa place dans ce jury. Il allait juger et condamner des hommes en lien avec son propre fils et sa propre fille. Son comportement s’est avéré incroyablement froid et calculateur.

Thomas Boleyn – Holbein – 1539 – Wikimedia Commons

Thomas Cromwell, le Premier Ministre du Roi faisait également partie de ce jury avec d’autres membres très hostiles à la Reine et à la famille Boleyn.

C’est sans surprise, ces quatre hommes furent condamnés à mort et à la mort des traîtres qui consistait à être « pendus, éviscérés et écartelés » à Tyburn, un village du Middlesex surtout connu pour avoir été le lieu des exécutions capitales comme l’était le gibet de Montfaucon ou la place de Grève à Paris.

The Tyburn Tree » (L’arbre de Tyburn, gravure, 1680), appelé ainsi car le triple gibet en bois s’y dressa jusqu’en 1759.

Un témoignage écrit de l’époque est très intéressant, c’est une lettre d’Eustache Chapuis, l’ambassadeur Impérial de Charles Quint à la cour d’Angleterre qui détestait Anne Boleyn et qui écrit à son maître que ces hommes ont été condamnés sans preuve et sans aucun aveu.

Eustache Chapuis

Chapuis qui adorait la reine Catherine d’Aragon et la jeune Marie, sa fille et qui détestait Anne Boleyn qu’il appelait la concubine, croyait malgré tout en son innocence et en celle de ces hommes.

Signature de Chapuis –  Photo Lauren Mackay

Voici une courte vidéo sur le sujet :

Merci de votre lecture et écoute.

la rose des tudors

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
LinkedIn
Share